VIH et grossesse

Pour les personnes séropositives au VIH enceintes, les traitements permettent de réduire très efficacement les risques de transmission à l’enfant. En 2018, 1,5 % des cas diagnostiquées en Belgique ont eu pour origine un mode de transmission mère-enfant (Source Sciensano).

  • Quels sont les risques pour la personne enceinte?

La grossesse n’aggrave pas l’évolution de l’infection par le VIH. Il est important de continuer son traitement et d’avoir une prise en charge médicale régulière et adaptée.

  • Quels sont les risques pour l’enfant?

Si la charge virale est indétectable avant d’être enceinte et pendant la grossesse, l’enfant ne risque pas d’être infecté par le VIH. Si une personne séropositive enceinte n’est pas suivie régulièrement et n’est pas traitée, le risque de transmission du VIH est de 20-25%. La transmission peut se faire par contact sanguin pendant la grossesse ou l’accouchement.

  • Quels sont les risques pour l’enfant après l’accouchement?

Pendant la période post-natale, il existe des risques de transmission de la mère à l’enfant pendant l’allaitement. Le VIH peut se retrouver dans le lait maternel, en particulier si la femme enceinte ne prend pas de des traitements antirétroviraux. L’administration de traitements antirétroviraux à la mère ou à l’enfant réduit le risque de transmission du VIH par le lait maternel.

Il faut que les mères s’assurent de l’état de leurs seins et surtout de leurs mamelons (craquelés, mastite). Elles doivent soigner les crevasses, inflammations et autres lésions et vérifier, avant de donner le sein, que les muqueuses buccales (lèvres) de leur bébé soient intactes aussi sans lésions, sans gerçures ou blessures (causées généralement par le muguet buccal).

Plus d’information: https://www.catie.ca/fr/guides-pratiques/agrandir-sa-famille/savoir-vivez-vih-envisagez-grossesse